Devrais-je retirer des fonds de mon REER pour payer mes dettes?

De plus en plus de canadiens retirent des fonds de leurs REER afin de payer des dettes mais devraient-ils épargner davantage?

40% des répondants à un sondage de la Banque de Montréal (BMO) affirment avoir fait un retrait de leurs REER; la moyenne par retrait en 2017 était de 20 952$, presque que 22% de plus que la moyenne de 17 213$ en 2016.

Pourquoi les canadiens retirent-ils depuis leurs REER? Le sondage indique que les besoins monétaires sont :

  • Pour les dépenses courantes (23%)
  • Pour les situations d’urgence (21%)
  • Pour payer des dettes (20%)

Il y a beaucoup de facteurs à considérer au moment de penser à effectuer un retrait depuis votre REER. Afin d’avoir une évaluation juste de l’impact a long terme sur votre santé financière, ils sont les suivants :

  1. Les déductions

Une partie du montant retiré sera retenue directement à la source par l’institution financière. À l’exception de la province de Québec, les taux de décaissement sont les suivants :

  • 10% pour un retrait de moins de 5000$
  • 20% pour un retrait entre 5000$ et 15 000$
  • 30% pour un retrait de plus de 15 000$

Les résidents du Québec paient la moitié de ces frais mais doivent aussi payer de l’impôt provincial. De l’information supplémentaire est disponible sur le site de Revenu Québec. Les non-résidents canadiens paient 25% à moins d’habiter dans un pays avec des taux inférieurs.

La Financière Sun Life Canada a un calculateur intéressant qui peut vous démontrer l’impact d’un retrait prématuré depuis votre REER avant la retraite.

  1. Le revenu imposable

Les montants retirés s’ajouterons à votre revenu imposable et pourraient vous faire passer à une fourchette d’imposition supérieure. Si vous devez effectuer un retrait depuis votre REER, il est idéal de le faire durant une année fiscale à faible revenus (en cas de perte d’emploi par exemple) afin d’éviter une surcharge d’impôt.

  1. Les droits de cotisation

Contrairement à certains programmes comme le Régime d’accession à la propriété (RAP) ou le Régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP), vous ne pouvez emprunter depuis votre REER pour ensuite rembourser l’investissement. Les droits de cotisations seront donc perdus à jamais et vous ne pourrez ajouter de fonds supplémentaire à votre limite annuelle.

  1. Les intérêts composés

Plus le montant de votre REER est élevé, meilleure seront vos retraits une fois à la retraite. Comme les intérêts s’accumulent sur votre investissement, votre solde augmente ainsi naturellement vous permettant d’accumuler encore plus rapidement. En retirant de votre REER maintenant, vous perdez ainsi le potentiel de croissance relier à ce montant.

  1. La retraite

En considérant tous les facteurs qui affectent le montant que vous recevrez après impôts ainsi que les effets futurs sur vos revenues à la retraite, il peut sembler difficile de déterminer la meilleure marche à suivre pour votre future. Une fois à la retraite, votre habileté à générer des revenus sera considérablement diminué. Il est donc préférable d’avoir plus d’argent maintenant dans votre REER et de le faire travailler pour vous au moyen des intérêts composés.

  1. Les alternatives
  • CELI- Retirer des fonds de votre CELI (compte épargne libre d’impôt) est une option beaucoup plus favorable et a moins d’impacts négatifs sur votre sécurité financière à court et long terme. Contrairement au REER, le CELI vous permet de contribuer à nouveau sans perte de droits de cotisation.
  • Consolidation de dette- Parlez à votre institution financière à propos d’une consolidation de dette qui vous permettrait de rembourser celles-ci à un taux d’intérêt plus avantageux. Par contre, beaucoup de gens se voient disqualifiés car ils ont attendus trop longtemps et leur cote de crédit a diminuée.
  • Vendre des actifs- Si vous avez des actifs de valeurs tel qu’une voiture, un chalet ou un bateau par exemple, il est préférable sur le plan financier de vous en séparer pour de l’argent plutôt que de payer les frais relier à un décaissement de votre REER.
  • Réhypothéquer votre maison- Votre prêteur hypothécaire peut vous offrir du financement à taux avantageux en refinançant votre maison. Les prêts à court terme ou avec versements ne sont pas recommandés du aux taux d’intérêts très élevés. Lire notre blogue : Comment les emprunts à court terme deviennent des dettes à long terme.
  • Proposition du consommateur – Il s’agit d’un accord formel, juridiquement contraignant et vérifiable qui vous permet de conserver votre épargne retraite (à l’exception de vos contributions dans les 12 mois précédant l’accord). Cette option vous permet d’éliminer votre dette complètement en ne payant qu’une partie de ce que vous devez. Vous conservez la majorité de votre REER. Calculez vos économies avec notre calculateur de réduction de dettes.
  • Déclarer faillite- Si vous êtes dans l’impossibilité d’en venir à une entente avec vos créditeurs, vous pouvez recourir à la Loi sur la faillite et l’insolvabilité, vos créanciers n’auraient pas le droit de toucher à vos REER (à l’exception de vos contributions dans les 12 mois précédent la faillite). Vous pouvez repartir à neuf.

Un Syndic de faillite est une personne immatriculée par le gouvernement fédéral qui peut vous aider à examiner toutes vos options. Nos spécialistes de gestion de la dette ont aidé des milliers de particuliers à gérer des dettes excessives, réparer leur crédit et profiter d’un nouveau départ financier afin de profiter d’une retraite dorée. Contactez-nous pour une consultation gratuite dans l’Est de l’Ontario et au Québec : info@doylesalewski.ca ou par téléphone au 1-800-517-9926.

© 2019 Doyle Salewski Inc. -Loi sur la faillite et l’insolvabilité- Tous droits réservés.